Remontée des taux immobiliers

Remontée des taux de crédit immobilier

Après plus de 3 ans de baisse, les mois de mai et juin 2015 ont vu l’émergence d’une reprise à la hausse des taux d’intérêt sur les emprunts immobiliers. Ce rebond fait évidemment beaucoup parler.

Une hausse encore modérée des taux de crédit

Si certains y voient un effet de l’augmentation des taux d’emprunt des Etats européens observés récemment, d’autres avancent plutôt, dans un premier temps, une réorientation des politiques commerciales de certaines sociétés bancaires.

En effet, en augmentant de 0,1% ses taux d’intérêt, LCL a été la première banque à initier ce mouvement, bientôt suivie par la Société Générale, la Caisse d’Epargne et près de la moitié des établissements. Ainsi, en ce début d’été, les taux immobiliers ont enregistrés une hausse comprise entre 0,10% et 0,40%.

Des banques plus exigeantes sur les dossiers immobiliers

Les critères d’attribution des emprunts immobiliers ont été réévalués et revus à la hausse par des banques qui exigent désormais des garanties supplémentaires en termes d’apports et accordent plus de vigilance quant à la durée des prêts accordés.

La hausse des taux, si elle est relativement modérée, semble jusqu’à présent n’affecter que les ménages aux revenus modestes et les primo-accédants disposant d’apports réduits pour qui il est plus difficile d’obtenir un crédit. Les meilleurs profils et les dossiers solides restent encore épargnés et il leur est toujours possible d’obtenir des taux d’emprunts à 1,70% sur 15 ans, à 2% sur 20 ans ou à 2,50% sur 25 ans.

Face à la remontée des taux, quelles prévisions pour les acheteurs dans l’immobilier ?

Avec des taux d’intérêt moyens toujours inférieurs à 2,50% et dans la mesure où le mouvement de hausse ne s’est pas encore généralisé à l’ensemble des établissements bancaires, la situation reste encore nettement favorable aux acheteurs de biens immobiliers. Plus que jamais, ils peuvent faire jouer la concurrence dans le but d’obtenir des conditions d’emprunt optimales.

Néanmoins, avec les nombreuses demandes de prêts et de renégociation des crédits immobiliers, les services bancaires seront particulièrement surchargés au cours de cet été. Les emprunteurs devront faire preuve de patience pour finaliser leur achat.

Les récentes prévisions tablent sur un été et une rentrée de septembre marqués par une remontée lente et progressive des taux de crédits immobiliers. Le possible écho de la crise grecque, l’augmentation du taux de l’emprunt d’Etat français et le désir des banques de contenir la demande de prêts et de renégociation pourrait en effet soutenir la hausse déjà observée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *