acheter viager vendre

Acheter et vendre en viager

Assez méconnue du grand public, la vente en viager est souvent utilisée par les retraités souhaitant bénéficier d’un complément retraite. En effet, l’acquéreur s’engage à payer une rente au vendeur en règle générale jusqu’au décès de celui-ci. Ce type de contrat offre des avantages pour les deux partis.

Deux types de viager

Il existe deux types de viager. Le viager occupé représente la forme la plus courante des transactions en viager réalisées en France. Dans ce cas, le vendeur, autrement appelé crédirentier, possède un droit d’habitation du bien dans lequel il vit. Auparavant propriétaire, il est désormais locataire de son logement. Le viager libre est quant à lui bien plus rare et très prisé par les acquéreurs. Il suppose, comme son nom l’indique, que le vendeur quitte le logement dès la signature du contrat.

Comment cela fonctionne ?

Dans un premier temps, le vendeur fait appel à un expert pour estimer la valeur de son bien. A partir de ce prix, l’acheteur verse une somme au moment de la signature, autrement appelée « bouquet ». Celle-ci représente en moyenne 20 à 30% de l’estimation du bien.
Le montant de la rente est ensuite calculé selon deux variables :

  • l’espérance de vie du vendeur
  • la valeur locative du bien

Ainsi, il faut prêter attention à l’estimation de durée du droit d’habitation du vendeur.
A titre d’exemple, pour un bien à 150 000 euros, on définira un bouquet de 30 000 euros. La valeur locative du bien s’élevant à 42 000 euros, la rente sera calculée sur une base de 78 000 euros. Vous l’aurez compris : plus le bouquet est élevé, plus le montant de la rente sera faible.

Un contrat avantageux pour les deux partis

Côté vendeur, le viager est un contrat particulièrement intéressant pour les retraités sans héritier direct. Grâce à ce système, ils peuvent continuer à résider dans leur propriété tout en percevant chaque mois un complément retraite régulier. Le vendeur profite également d’une exonération totale d’impôt et de taxe foncière, ainsi que d’une diminution de 30% des charges de copropriété.

Côté acheteur, l’affaire est tout aussi intéressante : celui-ci acquiert un bien immobilier à moindre coût avec un petit apport, sans avoir forcément besoin de recourir à un emprunt bancaire pour le paiement de la rente.

Une transaction très encadrée par la loi

Le viager possède un encadrement législatif très strict.
En effet, cette vente n’est pas sans risque pour l’acheteur, car il s’engage à payer la rente jusqu’au décès du vendeur. Afin de limiter la perte d’argent, le législateur prévoit une clause permettant à l’acquéreur de ne payer la rente que jusqu’à une certaine date. Bien entendu, cette clause doit être négociée en amont avec le vendeur.

Pour limiter les abus côté acquéreur, la loi a également énoncé certaines règles :
– celui-ci ne doit pas avoir eu connaissance d’une maladie dont était atteint le vendeur au moment de la transaction
– la vente est considérée comme nulle si le vendeur décède dans les 20 jours après la signature du contrat.

Ainsi, la vente en viager est un contrat sécurisé qui permet à l’acquéreur comme au vendeur de bénéficier de multiples avantages. Chez Nego For You nous répondons à toutes vos questions sur ce type de transaction qui vous est peut-être inconnue et nous vous conseillons pour céder votre propriété en toute sécurité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *